A l’école de l’échange…

Bonjour tout le monde !

Je m’appelle Alix, je suis une petite fille de 5 ans et demi (vous devez savoir qu’à mon âge, les « demi » sont d’une importance capitale…). Vous connaissez mon Papa, Laurent, qui partage au travers de ce blogue son expérience de l’échange, et ses vagabondages… Ma Maman et ce dernier, tous deux fous de curiosité et de découverte, m’ont inscrite toute petite à l’école de l’échange. Ces parents ne tiennent pas en place, et, si je calcule bien, 4 des mes anniversaires ont été fêtés dans des endroits différents, à l’occasion d’échanges de maisons…

Alix autour du mondeLes environs de Bath, dans le Somerset, pour mes 2 ans, Adelaide, en Australie Méridionale, pour le suivant, Harstad, en Norvège, pour mes 4 ans. Mes 5 ans furent fêtés quant à eux à Agay, à deux pas des lieux du tournage, me dit Papa, d’un drolatique film de Woody Allen, que je recommande, « Magic in the Moonlight »… Comme vous le voyez, lors de chacun de ces anniversaires, la seule constante, en plus bien sûr de PaMan (Papa et Maman, pour la suite), était un gâteau en forme de nounours, qui aura donc parcouru le monde au rythme de nos divagations.

Alors cette petite lettre a pour but de vous raconter mes aventures, et de vous expliquer la joie d’une petite fille entrant dans une nouvelle maison, découvrant une nouvelle chambre, parfois garnie d’un paquet cadeau –oui, certains des amis d’échange de PaMan me réservaient, à mon arrivée, une surprise sous la forme d’un  Doudou, ou d’un carnet de coloriage…- de nouveaux jouets qui,  l’espace de quelques jours ou quelques semaines, deviendraient miens, et même parfois, comble de la joie, rencontrant ces amis d’échange, d’autres enfants, de futurs copains, de nouveaux voisins.

cat in the hat

Les adultes pensent souvent que les enfants sont pétris d’habitudes, et adorent par dessus tout le train-train quotidien. Je me souviens (enfin, je crois, j’étais toute petite), des amis et relations de PaMan qui leur souhaitaient bon courage en même temps que bon voyage, de partir ainsi avec une petiote de 2 ans et quelques faire le tour du monde. Ils oubliaient que j’allais, dans ma tête, non pas quitter « ma » maison de Cluses pendant longtemps, mais aller à la rencontre d’une dizaine de nouvelles maisons, de nouvelles chambres, parfois petites, parfois immenses, mais toujours préparées avec amour par leurs occupants habituels, souvent eux-mêmes Papy ou Mamie, et ravis de pouvoir ressortir les caisses de jouets inutilisés depuis que les enfants avaient quitté le nid !

Quel bonheur de découvrir alors des livres, souvent écrits dans d’étranges langues (« The Cat in The Hat » du fantastique et foutraque Dr Seuss, est devenu mon livre de chevet), de mystérieux coffres à jouer coffres au trésor, de petits ou grands lits, toujours égayés de draps colorés, et surtout, surtout, de me rendre compte que, DANS LE MONDE ENTIER, et ici à Sydney, un terrain de jeux attend les enfants au coin de la rue !!!!

on the slide

La découverte de chaque nouveau quartier se faisait ainsi, avec PaMan, à chercher ces aires de jeux, à chercher ces nouveaux copains, toujours curieux de cette langue bizarre que je parle…

PaMan m’ont aussi toujours remercié de les aider à communiquer facilement avec autrui ! Je m’explique ; sans moi, PaMan ne sont qu’un couple de touristes parmi d’autres, tandis que lorsque je les flanque de mon auguste personne, ils deviennent d’inoffensifs parents, à qui l’on peut sans risque adresser la parole, et avec qui nouer des amitiés ! on boat with friendsQuant à moi, vous comprendrez facilement que sourire et éclats de rire sont une pierre de Rosette universelle, et que je n’ai jamais eu le moindre mal à jouer avec mes copains australiens, ma « best buddy » Amélie de Nouvelle-Zélande (cette coquine s’est caché sous son chapeau sur la photo !), Mia, la norvégienne, et j’en passe !

Et puis si vous vous faites une montagne de partir avec vos enfants, rassurez-vous, nous sommes d’une extraordinaire souplesse…. Nous n’avons pas encore oublié que TOUT dans la vie est un jeu ! 5 heures d’attente dans une aérogare ? En ce qui me concerne, aussi longtemps que j’ai mes Doudous à portée de main, et de jeu, ainsi que quelques crayons, je n’en demande pas plus, et je me marre en voyant PaMan, et tous les autres, trainer leur ennui en regardant la montre…. Sans compter que mon petit âge me donne encore la possibilité de m’endormir sur un coin de banc, dans une inconfortable position, pour autant que mon Mickey, et la douce odeur laissée par Maman sur une veste ou une écharpe m’accompagnent dans les bras de Morphée…

sleepingJe ne vous parle même pas de ces jours de fête, où PaMan m’accordaient le droit de jouer à l’une des innombrables applications téléchargées sur leur téléphone intelligent….

Le temps ne passe jamais à la même vitesse lorsqu’on est un enfant, ne vous faites donc pas de souci pour nous, et profitez de vos échanges de maison !

Au fond, ce qui nous importe le plus, c’est d’être avec vous, parents de tous les pays, et d’absorber votre joie, votre bonheur d’être en vacance, disponibles et ouverts au monde !

Je vous embrasse tous, et vous souhaite de beaux échanges, au coin de la rue, ou au bout du monde !!!

Alix

2 replies
  1. Laurent
    Laurent says:

    Bonjour Jean-Marie,
    Merci pour votre message, j’espère que votre compagne se laissera convaincre du bien-fondé de l’échange de maison !
    Je suis le rédacteur de bien des billets de ce blogue, et je suis désolé de vous avoir choqué ; je ne voyais en effet aucune malice à tenter de regarder le monde avec les yeux de ma fille, comme je l’ai fait pendant notre tour du monde en échanges, dont vous pouvez, si vous le souhaitez consulter quelques articles ici. Je tiens ici à vous redire à quel point je n’ai inventé à des fins marketing aucune des lignes que j’ai écrites, pour autant que je puisse traduire les émotions d’Alix et les mettre en « musique ».
    Alors oui, vous pouvez reprocher à ce blogue d’avoir des visées commerciales, Homelink ne vit que de l’adhésion des ses membres. Mais pour les grosses ficelles marketing, non, je m’inscris en faux. Cet article n’est décidément qu’une ode au voyage en famille, à l’échange en famille, utilisant innocemment une figure de style.
    Continuez de nous lire, continuez de réagir !
    Laurent.

    Reply
  2. Brûlé JMarie
    Brûlé JMarie says:

    Bonjour,
    Nous connaissons votre site sans avoir pour l’instant utilisé vos services, ma femme ayant encore quelques réticences à confier sa maison à des personnes inconnues…je ne désespère d’arriver à la convaincre prochainement.

    Je souhaite réagir à votre article de la “petite fille qui donne la leçon”. Je trouve votre procédé assez grossier qui consiste à utiliser les plus grosses ficelles du marketing en faisant semblant de faire parler une petite fille de 5 ans et demi.
    L’écart entre la forme rédactionnelle, le contenu du texte et l’âge présumé de l’enfant rend même le résultat totalement invraisemblable.

    Un conseil ; revenez à un peu plus de simplicité, et laissez les enfants à l’écart de vos campagnes promotionnelles.

    Reply

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Leave a Reply to Brûlé JMarie Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *